Qu’est-ce qu’un Beagle Élisabeth ?

Le Beagle Élisabeth est une race de Beagle miniature aujourd’hui disparue, élevée sous le règne d’Élisabeth 1ère d’Angleterre.

Ce petit chien réputé pour sa capacité à tenir dans une sacoche de cheval est encore recherché aujourd’hui par certains maîtres rêvant d’un mini compagnon à quatre pattes et mal informés quant à l’inexistence de cette race.

Pourtant, on trouve bel et bien des Beagles nains en vente sur internet et auprès d’éleveurs, des offres qui devraient attiser la méfiance des maîtres pour les raisons que nous évoquerons dans cet article.

Pour éviter de tomber dans le piège d’éleveurs peu scrupuleux vous promettant un Beagle nain ou miniature, voici tout ce que vous devez savoir sur le Beagle Élisabeth, son histoire, ses origines, et ce qu’il est devenu aujourd’hui.

Le Beagle Élisabeth, c’est quoi ?

Un Beagle Élisabeth est une ancienne variété de Beagles miniatures, nommé en l’honneur de la reine Élisabeth 1ère d’Angleterre qui en possédait un élevage.

assurance beagle


Quels sont les standards pour le Beagle Élisabeth ?

Selon les standards de l’élevage royal, ces petits chiens ne devaient pas mesurer plus de 25 cm de haut au garrot, tandis que les Beagles actuels doivent en faire au moins 33 pour pouvoir être inscrits au LOF.

Décris comme suffisamment petits pour tenir entre les mains d’un homme ou rentrer dans une sacoche de cheval, ils sont aussi connus sous le nom de « Pocket Beagle ».

La reine surnommait également ses chiens les Singing Beagles (« Beagles chantants ») à cause de leurs vocalises bruyantes et exubérantes, un petit nom qu’ont gardé les Beagles d’aujourd’hui, toujours très bavards et prompts à s’exprimer.

Histoire du Beagle Élisabeth

Il est difficile de connaître les véritables origines du Beagle Élisabeth, qui partage des ancêtres avec le Beagle actuel, mais aussi avec un bon nombre de petits chiens de chasse courant et de plus grands chiens de vénerie, comme le Harrier et le Fox-Hound.

Dès le 3ème siècle avant J.C., la littérature évoque des chiens de petite taille utilisés pour la chasse au lièvre, domaine d’excellence du Beagle.

Il est possible que dès l’antiquité ce petit chien ait été connu à Rome, avant de voyager vers l’Angleterre au rythme des conquêtes romaines.

À partit du 13ème siècle, sous le règne d’Édouard II d’Angleterre, on retrouve la trace de ce petit chien, les textes d’époque évoquant une vénerie royale composée de chiens de petite taille destinés à traquer le gibier dans les broussailles.

C’est au 16ème siècle, sous le règne d’Élisabeth 1ère (1533-1603) que l’on parle du « Beagle Élisabeth », un petit chien capable de tenir dans une sacoche de selle.

Il semblerait que son petit gabarit lui servait alors à accompagner ses maîtres à cheval dans une sacoche lors des chasses à courre, avant d’être lâché au sol pour prendre le relais des chiens de grande vénerie dans les lieux où les plus gros chiens ne pouvaient pas se faufiler.

Il convient de noter que la littérature évoquant le Beagle Élisabeth est aussi ancienne que la race, et n’offre que peu d’informations sur ces chiens miniatures, au sujet desquels bon nombre de légendes circulent.

Les écrits laissent supposer que les Beagles Élisabeth étaient des chiens à poil dur, au pelage noir ou sombre sur fond de blanc, dotés d’allures gracieuses et d’un caractère gai, sans qu’on ne puisse réellement avérer ces informations.

Les échanges de chiens entre les véneries françaises et britanniques auraient, par la suite, conduit la race à évoluer pour donner un chien physiquement très proche du Beagle d’aujourd’hui, mais sans uniformité morphologique bien définie.

C’est avec l’introduction des standards de race au 19ème et au 20ème siècle que le Beagle a fait l’objet de sélections destinées à homogénéiser la race, et il n’existe désormais qu’une seule et unique variété reconnue par la FCI (Fédération Cynologique Internationale) mesurant entre 33 cm et 40 cm.

Le Beagle Élisabeth a donc bel et bien disparu, contrairement à ce que voudraient nous faire croire des légendes tenaces conduisant certains maîtres à rechercher, envers et contre tout, des Beagles nains à l’adoption. (1)

Le Beagle Élisabeth et le Pocket Beagle aujourd’hui

La race a beau être éteinte depuis plusieurs siècles, on trouve toujours des maîtres cherchant des Beagles ֤Élisabeth ou Pocket Beagle aujourd’hui et, comble du paradoxe, des éleveurs qui prétendent en vendre.

Cette confusion peut venir de l’American Kennel Club et du Canadian Kennel Club, les organisations régissant les pedigrees canins outre Atlantique.

En effet, si la Société Centrale Canine et la FCI ne reconnaissent qu’une seule variété de Beagles, leurs homologues américains en reconnaissent deux : l’une mesure 33cm à 40 cm au garrot (comme le Beagle européen), l’autre moins de 33cm.

Ce sont les spécimens appartenant à cette seconde variété qui sont parfois commercialisés sous les noms de Beagles Élisabeth, Pocket Beagle ou encore Beagle nain ou Beagle miniature.

Il faut cependant noter que ces appellations ne sont pas reconnues par les Kennel Clubs nord-américains, et que ces Beagles de petite taille n’ont pas grand-chose en commun avec leurs ancêtres royaux.

Plus grands, mais aussi plus « uniformes » que leurs ancêtres, les Beagles américains mesurant moins de 33cm au garrot n’ont que quelques centimètres de moins que les autres, bien loin d’un format de poche ou d’un gabarit miniature.

Par ailleurs, même l’American Kennel Club stipule qu’il n’existe pas de variété de Beagles nains ou miniatures, et que les Beagles réellement très petits sont soient atteints de nanisme, soient hors standards et ne peuvent donc pas prétendre au titre de « Beagle » ni obtenir un pedigree.

Beagle Élisabeth : les ravages de la mode

Il existe, malheureusement, bon nombre d’éleveurs peu scrupuleux qui sont prêts à faire une croix sur l’éthique et le bien-être animal pour vendre à prix d’or des chiots prétendument Beagle Élisabeth, profitant de l’ignorance des maîtres au sujet de l’extinction de cette race et de la mode des chiens miniatures.

De fait, il est important de savoir qu’en France, les Beagles nains n’existent pas, et qu’aux États-Unis et au Canada, les Beagles officieusement nommés « Élisabeth » ou « Pocket Beagle » ne sont pas des races, mais des variétés de Beagles au gabarit peu inférieur à celui de la variété européenne.

De fait, les chiens très petits (moins de 25 cm), qu’ils soient importés du continent américain ou non, ne peuvent pas être considérés comme des Beagles du tout, ni nain, ni Élisabeth, ni Pocket, car ces races n’existent pas ou plus.

Ce sont plus vraisemblablement des animaux souffrant de nanisme, ou des chiens issus de sélections abusives susceptibles de donner naissance à des toutous atteints de troubles physiques potentiellement douloureux pour eux et risquant de réduire drastiquement leur durée de vie.

Questions fréquemment posées par les maîtres sur le Beagle Élisabeth

Où acheter un Beagle Élisabeth ?

Le Beagle Élisabeth est une race de chien éteinte depuis plusieurs siècles. À l’heure actuelle, cette race n’existe pas, il est donc impossible d’en acheter.

Cependant, on trouve encore des éleveurs prétendant en vendre : dans certains cas, il s’agit de Beagles issus de lignées américaines, où les standards admettent les chiens qui mesurent moins de 33cm au garrot, mais qui demeurent bien plus grands que les Beagle Élisabeth originaux.

Dans d’autres cas, ce sont des offres tout simplement frauduleuses issues d’éleveurs surfant sur la mode des chiens miniatures et proposant des chiots issus de sélections douteuses ou atteints de nanisme.

Le Beagle Élisabeth existe-t-il encore ?

Non, contrairement à ce que bien des maîtres pensent, le Beagle Élisabeth est une ancienne race de petits chiens qui a disparu depuis des siècles, et au sujet duquel nous n’avons que peu d’informations.

Il est d’ailleurs très peu probable qu’il ressemblait réellement à un Beagle d’aujourd’hui en version miniature, puisqu’il est décrit comme au poil dur et sombre.

Quelle est la différence entre un Beagle Élisabeth et un Pocket Beagle ?

Aucune, il s’agit de la même race de chien ancienne, et aujourd’hui éteinte, à laquelle différents noms ont été donnés.
Les appellations Beagle nain, Beagle miniature ou Pocket Beagle Élisabeth font aussi référence à cette même race disparue.

Le Beagle Élisabeth est-il un Beagle nain ?

À l’origine, le Beagle Élisabeth est une ancienne race de chien miniature, que l’on qualifie parfois de race naine.

Aujourd’hui, le Beagle Élisabeth n’existe plus, et un Beagle nain est un chien atteint de nanisme, un trouble du développement susceptible d’engendrer de sérieux problèmes de santé et impliquant une espérance de vie réduite.

Le Beagle Élisabeth est une race fascinante, dont l’histoire et les origines recèlent encore de mystères, tant elle s’est éteinte depuis longtemps.

Bien qu’il soit très tentant d’adopter un Beagle qui restera toujours petit, il faut se souvenir que les variétés naines de cette race n’existent plus aujourd’hui, et qu’un éleveur ou vendeur vous soutenant l’inverse ne devrait pas avoir votre confiance.

nourriture Beagle

On trouve cependant des Beagles un peu plus petits que la normale sur le marché canin, sans toutefois pouvoir les qualifier de miniatures. Ces derniers, dits « hors standards », sont assez rares et n’ont souvent que quelques centimètres de moins que leurs pairs – juste de quoi se voir refuser un pedigree !

Il vous reste des questions sur les petits Beagles Élisabeth et leur histoire ? Posez-les-nous en commentaire de cet article !

Une recommandation importante

Aimer son Beagle c'est aussi le protéger contre les maladies et les accidents. Les frais vétérinaires pouvant atteindre des montants astronomiques, je vous recommande vivement d'opter pour une assurance pour chien.

Utilisez le comparateur ci-dessous et vous verrez que vous trouverez des assurances pour votre Beagle à partir de 3,90 euros par mois.



Laisser un commentaire